17-12-2017 15:45:35

TUNISIE : Open Sky ou la naïve exception

dim 26 Nov 2017

  • Commentaires fermés sur TUNISIE : Open Sky ou la naïve exception

Wahid Ibrahim« L’accord sur l’Open Sky sera conclu le 11 décembre 2017 et concernera tous les aéroports, à l’exception de l’Aéroport International Tunis-Carthage » a annoncé le ministre du transport devant les députés.Commentaire amateur :On confond souvent Open Sky et Low Cost.Le premier ne génère pas nécessairement pas l’autre.La preuve: l’ouverture du ciel pour les aéroports de Tabarka et de Tozeur décidée depuis des années n’ont pas vu les compagnies Low Cost ou autres s’y bousculer.La configuration essentiellement « packagée » et saisonnière de notre offre touristique fait toujours dépendre la programmation aérienne du bon vouloir et de l’engagement des TO sur la destination. Ce dernier, ne voulant pas courir de risques, chartérise de moins en moins et privilégie les « Sièges Bloqués-Block Space » sur vols réguliers. Sans états d’âme, ni sentimentalisme « oriental », le TO cherchera toujours la meilleure flexibilité et les meilleures offres tarifaires.Alors, l’exception de l’Aéroport de TunisCarthage protègera-telle la Compagnie Nationale Tunis Air?OUI et NON…OUI, dans la mesure où elle préservera son trafic régulier sur la Capitale ( TRE à tarifs souvent compensés, Hommes d’Affaires, Omra et pèlerinage…etc ).NON, dans la mesure où, pour contourner l’exception, rien n’empêchera toute compagnie aérienne européenne de faire du « cabotage » pour ramasser les clients et atterrir sur les autres aéroports et particulièrement celui d’Enfidha qui n’est qu’à une heure d’autoroute de Tunis et à une demi heure de transfert des trois bassins hôteliers du pays ( Nabeul-Hammamet, Sousse-Port El Kantaoui, Monastir-Mahdia ).La nature purement touristique de l’offre de Djerba verra également son aéroport élu par des compagnies européennes plus flexibles, plus agressives et plus compétitives.De ce fait, la part de marché de Tunis Air s’y verra drastiquement réduite.Ne parlons pas des autres plateformes où le volume et l’irrégularité du trafic n’offrent pas de masse critique rentable pour une quelconque programmation aérienne régulière ou nolisée.Conclusion:Un ciel est ou ouvert ou fermé.Il ne peut l’être à moitié.Wahid IbrahimIllustration haut de page : le ministre des transports préside une réunion sur l’avancement des négociations avec l’UE sur l’Open Sky ( prise sue la page officielle Facebook du ministère des transports )

  • Commentaires fermés sur TUNISIE : Open Sky ou la naïve exception
  • 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

Leave a Reply

Comments are closed on this post.