21-01-2017 15:26:17

En Australie, faire du shopping et payer plus tard est désormais possible

ven 25 Nov 2016

  • Commentaires fermés sur En Australie, faire du shopping et payer plus tard est désormais possible

L’enseigne Topshop expérimente le paiement différé dans neuf de ses boutiques australiennes. Les clients peuvent désormais se promener dans les boutiques de la marque et repartir avec leurs articles…sans les payer immédiatement.Effeuiller méticuleusement les rayons un à un, essayer sa sélection et passer à la caisse… sans payer. C’est le principe du «Pay later» ( Payer plus tard, en français) que propose la chaîne de vêtements, cosmétique et décoration TopShop. En effet, les clientes australiennes de Topshop peuvent depuis le mois de septembre, repartir avec des vêtements sans les payer immédiatement grâce à un partenariat entre TopShop et la start-up melbournienne Afterpay.Comment ça marche? Les clients accèdent via leur smartphone à l’application Afterpay dans laquelle ils entrent le détail de leurs achats et reçoivent un code-barres d’approbation qu’ils présentent ensuite à la caisse. Le vendeur vérifie le code-barres et le client peut quitter le magasin. Afterpay couvre le coût des achats et contacte par la suite les clients pour le paiement, qui peut être effectué en plusieurs fois (jusqu’à quatre fois) sur un maximum de 56 jours. Aussi, chaque paiement peut être espacé de deux semaines et aucun frais supplémentaire ni intérêt ne sont ajoutés au montant initial. Cependant, s’ils manquent des paiements, les clients encourront des pénalités de retard. «Pour nos jeunes clients, le concept de satisfaction instantanée est crucial. Il peut à présent être réalisé grâce à Afterpay. Tous les ‘musts’ deviennent à portée de main avant épuisement des stocks», explique Hilton Seskin, président de Topshop et Topman Australie à WWD.«Le système est conçu pour encourager les clients à acheter plus, sachant qu’ils peuvent régler plus tard», explique Nick Molnar, directeur général d’Afterpay, «nous prônons le système du gagnant-gagnant pour nos marques partenaires». La start-up compte déjà plus de 600 marques associées en ce qui concerne son service de paiement différé en ligne.Le prêt-à-porter, un secteur en mutationL’enseigne britannique n’est pas la première à se lancer dans l’aventure du paiement différé. Des marques moins connues comme Veronika Maine et Cue Clothing Co ont déjà expérimenté ce nouveau mode de consommation.Les modes de consommations dans le secteur de la mode sont depuis quelques années en pleine mutation, les entreprises s’adaptant aux évolutions de sa demande et de son environnement. Sur le site web Try.com, on peut par exemple commander des vêtements, les essayer et décider de les renvoyer si nécessaire. Chez Rent the Runway, pour un abonnement de 75 dollars (soit 70 euros) par mois, on peut louer des accessoires, sacs à main, bijoux, signés par des grands noms de la mode. Enfin, Bungalow Clothing ou The Closet ont lancé à la fin de l’année dernière, l’envoi aux clients d’une sélection d’articles à domicile. Chez, Bungalow Clothing, les clients ne paient que ce qu’ils choisissent de conserver. En France, enfin, la marque de lingerie Undiz expérimente un service de retour d’articles depuis la boîte aux lettres.

  • Commentaires fermés sur En Australie, faire du shopping et payer plus tard est désormais possible
  • 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

Leave a Reply

Comments are closed on this post.