23-02-2017 00:21:13

15 participations du Maroc à la CAN: entre succès et déceptions

mer 11 Jan 2017

  • Commentaires fermés sur 15 participations du Maroc à la CAN: entre succès et déceptions

L’historique de la participation marocaine en Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) oscille entre éditions couronnées de succès et d’autres entachées de déception.Depuis la 1ère CAN en 1972, les Lions de l’Atlas n’ont remporté qu’une seule en 1976 en Ethiopie, avant d’être finalistes lors de l’édition 2004 en Tunisie et 3e en 1982 au Nigéria. Le onze national avait terminé 4e à deux reprises, en Egypte 1986 (défaite face à la Cote d’Ivoire 3-2) et en 1988 au Maroc (défaite face à l’Algérie 4-3 t.a.b). La sélection nationale qui a réussi à se qualifier pour les quarts de finales en 1998 au Burkina Faso (défaite face à l’Afrique du Sud 2-1) a été toutefois éliminée neuf fois au 1er tour (1972, 1978, 1992, 2000, 2002, 2006, 2008, 2012, 2013). En 15 éditions, les représentants du Maroc auront joué un total de 57 matchs (19 victoires, 22 nuls et 16 défaites) et ont encaissé 54 buts contre 66 buts marqués.La première participation des Lions de l’Atlas à la CAN a été en 1972 au Cameroun avec une équipe composée d’anciens stars de la Coupe du monde 1970 au Mexique avec comme capitaine de sélection Driss Bamous et le gardien de but Allal Benkassou et Abdellah Amrani (Baja), Boujemaa Benkharif, et Mohamed Filali et Abdelkader et l’attaquant Ahmed Faras. Lors de cette édition, le Maroc avait été éliminé dès le 1er tour après égalité de points (3) lors du tirage au sort avec le Congo, sacré champion. En 1974, le Maroc avait boycotté l’édition 1974 en Egypte après le mauvais arbitrage du Ghanéen Lampety en match aller des éliminatoires du mondial 1973 remporté par le Zaïre (3-0). Le Maroc avait refusé de disputer le match retour à Tétouan. En 1976, les hommes d’Ahmed Faras avaient réussi à arracher le titre êde champion d’Afrique à Addis Abeba en Ethiopie après un excellent parcours au cours duquel ils ont battu le Nigéria, le Zaïre et l’Egypte. Les Lions de l’Atlas avaient besoin juste d’un nul arraché face à une équipe coriace guinéenne emmenée par Cherfi Soulayman, Betty Souré et baba Kamara. C’est Ahmed Makrouh surnommé Baba qui a été l’artisan de ce sacre. Les Lions de l’Atlas avaient été accueilli en héros après le retour au Maroc sous la houlette du technicien Roumain Geogres Maradarescu et des stars comme Baba, Abdelali Zahraoui, Abdelmajid Dolmi, Abdellah Semmat, Hassan Amchrat (Assila), Redouane Kazaz. L’édition suivante a été ratée par l’équipe nationale. Après un grand match face à la Tunisie, représentant de l’Afrique au Mondial 1978, qui s’est soldé sur un score de parité (1-1), les Nationaux ont perdu face à l’Ouganda (3-0) avant de rentrer bredouille au Maroc. Après la déception du 9 décembre suite à la défaite face à l’Algérie à Casablanca (5-1) en éliminatoires des JO de Moscou (1980), les joueurs de l’équipe nationale ont du composer avec un autre entraineur, à savoir le Francais Juste Fontaine (buteur historique de la Coupe du monde avec 13 réalisations) assisté par Hamadi Hmidouch et Mohamed Jabrane. Cette équipe qui était composée de Badou zaki, Ahmed Limane, Mohamed Mouh, Aziz Daydi, Mohamed Timoumi, Abdelatif Hamama, Khalid Al Abyad, Jamam Jabrane et Aziz Boudearbala ont joué le match retour perdu face à l’Algérie (3-0). Le staff de l’équipe nationale n’a pas eu suffisamment de temps pour mettre en place un équipe prometteuse en prévision de la CAN 1980 au Nigéria. En phase finale, Hmidouch et Jabrane, en l’absence de Fontaine, ont réussi un exploit en conduisant l’équipe nationale à arracher une 3ème place remportée face aux Pharaons (2-0), signés Khalid Labyad. Au premier tour, l’équipe nationale avait fait match nul (1-1) face à la Guinée et perdu face à l’Algérie (1-0) avant de s’imposer face au Ghana (1-0). En demi-finales, l’équipe marocaine a été battue difficilement par le Nigéria (1-0). C’est cette même équipe qui a réussi à remporter la médaille d’or aux jeux méditerranéens en 1983 à Casablanca, disputé les JO 1984 à Los Angeles, a été vice championne arabe en 1985 à Rabat avant de s’illustrer au Mondial 1986 à Mexico comme la première sélection africaine à avoir réussi à atteindre les 8e de finales. Trois mois avant le mondial, la sélection marocaine a disputé la CAN en Egypte et s’est qualifiée pour le 2e tour après deux nuls face à l’Algérie (0-0) et au Cameroun (1-1) et une victoire face à la Zambie (1-0). En demi-finales face à l’Egypte, le Maroc a perdu (0-1) et s’était incliné en match de classement face à la Cote d’Ivoire (3-2) pour terminer 4e. Après le désistement de la Zambie, la CAF a confié l’organisation de la CAN 1988 au Maroc mais le groupe coaché par le brésilien Mehd Faria n’a pas réussi à se qualifier pour la finale après sa défaite face au Cameroun (1-0). L’édition de Casablanca a été une déception pour les Lions de l’Atlas après un brillant parcours au Mondial 1986. Les nationaux ont fait match nul face au Zaïre (1-1), battu l’Agérie (1-0) et fait match nul face à la Côte d’Ivoire (0-0). Après leur victoire face au Cameroun, les Lions de l’Atlas ont raté la médaille de bronze après une défaite en match de classement face à l’Algérie (3-4 t.a.b). Après une absence à l’édition 1990 en Algérie, la sélection nationale a signé une prestatiion médiocre au Sénégal en 1992 marquée par une élimination précoce après une défaite face à la Côte d’Ivoire (1-0) et un nul face au Zaïre Le Maroc a par la suite raté les éditions de 1994 à Tunis et 1996 en Afrique du Sud. La sélection A avait réussi à se qualifier pour le mondial des USA alors que l’équipe des locaux a été absente de l’édition de Tunis. La sélection nationale a repris les devants de la scène africaine sous la houlette de Henri Michel qui a conduit les joueurs nationaux à disputer la phase finale du mondial 1998 en France. Le parcours du Maroc à la CAN du Burkina Faso s’était alors arrêté en quarts de finale après une défaite face à l’Afrique du sud, tenante du titre (2-1). Le Maroc avait fait match nul face à la Zambie (1-1) et surclassé le Mozambique (3-0) et l’Egypte (1-0) sacré champion. La CAN 2000 au Nigéria et au Ghana n’aura pas été très bonne pour le Maroc qui a été éliminé au 1er tour après une victoire face au Congo (1-0), un nul face à la Tunisie (0-0) et une défaite face au Nigéria (2-0). Lors de la CAN 2002 au Mali, la sélection marocaine conduite par le Portugais Amberto Cuelho n’a pas été à la hauteur des attentes du public et a été éliminée au 1er tour après un nul face au Ghana, une victoire face au Burkina Faso (2-1) et une défaite face à l’Afrique du Sud (3-1). En 2004, les Lions de l’Atlas coachés par Badou Zaki ont signé une bonne participation à Tunis. Avant de se qualifier pour la finale, l’équipe marocaine a battu au 1er tour le Nigéria (1-0), le Bénin (4-0) et fait match nul face à l’Afrique du Sud (1-1). La sélection marocaine qui n’a pas pris part à la dernière édition en 2015 après la demande du Royaume de reporter l’édition, est toujours considérée comme une équipe coriace forte de présence de grands joueurs évoluant aux championnats européens. De nouveaux noms ont tenté de dépasser le cap du 1er tour lors des CAN 2006, 2008, 2012 et 2013 mais en vain. La pire participation du Maroc à la CAN fut l’édition de l’Egypte où l’équipe nationale coaché par Mhamed Fakhir, désigné en remplacement de Philip Troussier, a été stoppée au 1er tour sans parvenir à inscrire aucun but: nul blanc face à l’Egypte, défaite (0-1) face à la Cote d’Ivoire et nul blanc face à la Libye. A l’instar de la précédente édition, le tirage au sort de la CAN au Ghana a placé le Maroc aux côté du pays hôte, de la Guinée et de la Namibie. Les Lions ont battu d’entrée la Namibie (5-1), avant de perdre face à la Guinée (3-2) et le Ghana (0-2) pour quitter la compétition dès le 1er tour pour la deuxième année de suite. Le Maroc a par la suite disputé les éliminatoires combinées CAN/mondial 2010 sous la houlette du Français Roger Lemerre. A l’entame de la compétition, le Maroc a signé quatre victoires et un nul en 2008. Mais dès 2009 et la défaite à domicile face au Gabon, la série des échecs a repris après deux nuls face au Cameroun et au Togo. En juillet 2009, la FRMF s’est séparée de Lemerre pour confier la mission de mener l’équipe à Hassan Moumen. Le Maroc a perdu face au Gabon (1-3) et au Cameroun (0-2) pour sortir bredouille. Vers fin novembre 2010, la sélection nationale sous la houllette du belge Eric Gerets a pu se qualifier pour la phase finale de la CAN 2012 au Gabon et en Guinée Equatoriale. Les Lions de l’Atlas ont entamé la compétition par une défaite face à la Tunisie (1-2) et face au Gabon (2-3) avant d’être éliminés au 1er tour malgré la victoire face au Niger (1-0). En éliminatoires de la CAN 2013 disputées en double confrontation aller/retour, le tirage au sort a placé le Maroc face au Mozambique. Le match aller s’est soldé par la défaite des nationaux par (2-0) et le départ d’Eric Gerets avant l’arrivée de Rachid Taoussi qui a conduit le Maroc à la qualification suite à la victoire (4-0) en match retour. En phase finale de la CAN 2013, le tirage au sort a placé le Maroc aux côtés de l’Afrique du Sud, de l’Angola et du Cap Vert. Le Maroc a entamé la compétition par un nul face à l’Angola et au Cap Vert et à l’Afrique du Sud. Face à ces mauvaises performances, le public marocain a réclamé le retour de Baddou Zaki qui a conduit le Maroc en finale de la CAN 2004, chose qui a été concrétisée par la FRMF, le 2 mai 2014 avant que le onze nationale ne soit écarté de la phase finale de la CAN 2015 après avoir demandé son report. La FRMF s’est ensuite attachée les service du technicien français, Hervé Renard, double vainqueur de la CAN avec la Zambie (2012) et la Côte d’Ivoire (2015). Renard conduira les Lions de l’Atlas en phase finale de la CAN et aux qualifications du Mondial 2018.

  • Commentaires fermés sur 15 participations du Maroc à la CAN: entre succès et déceptions
  • 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

Leave a Reply

Comments are closed on this post.