17-08-2018 19:39:20

L’Afrique du Sud et la Turquie rappellent leurs ambassadeurs en Israël

lun 14 Mai 2018

  • Commentaires fermés sur L’Afrique du Sud et la Turquie rappellent leurs ambassadeurs en Israël

Des dizaines de Palestiniens ont été tués lundi lors de manifestations contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.La Turquie a rappelé, lundi 14 mai, pour consultation ses ambassadeurs en Israël et aux Etats-Unis après que cinquante-cinq personnes ont été tuées à Gaza par des tirs israéliens lors de manifestations contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.L’Afrique du Sud avait quelques heures plus tôt décidé de rappeler son ambassadeur en Israël « en raison du caractère grave et aveugle de la dernière attaque israélienne ». « Les victimes étaient en train de participer à des manifestations pacifiques contre l’inauguration de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem qui constitue une provocation », a estimé Pretoria dans un texte qui condamne « l’agression violente des forces armées israéliennes ».Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a, pour sa part, accusé, lundi, Israël de semer « le terrorisme d’Etat ». « Ce qu’Israël a fait est un génocide. Je condamne ce drame humanitaire, ce génocide, d’où qu’il vienne, d’Israël ou d’Amérique », a déclaré M. Erdogan à des étudiants turcs à Londres, dans un discours retransmis à la télévision.Pour le président turc, les Américains, en transférant leur ambassade à Jérusalem, se sont discrédités en tant que médiateurs dans le conflit israélo-palestinien. Le ministère turc des affaires étrangères a estimé que le déménagement de l’ambassade américaine encourageait « les massacres perpétrés par les forces de sécurité israéliennes ». Et pour le premier ministre turc, Binali Yildirim, Etats-Unis et Israël sont partenaires d’un « crime contre l’humanité ».
Comprendre :

Pourquoi la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale pose problème

La France condamne les violences de l’armée israélienneLes ONG Amnesty International et Human Rights Watch ont de leur côté dénoncé un recours injustifié aux tirs à balles réelles, la première fustigeant une « violation abjecte » des droits de l’homme et des « crimes de guerre ».Le président Emmanuel Macron a lui « condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants » palestiniens à Gaza lors d’entretiens téléphoniques, lundi soir, avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie Abdallah II.A cette occasion, le chef de l’Etat français a réaffirmé « la désapprobation de la France à l’encontre de la décision américaine d’ouvrir une ambassade à Jérusalem » et a souligné que le statut de la ville « ne pourra être déterminé qu’entre les parties, dans un cadre négocié sous l’égide de la communauté internationale ».Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, s’est dit « particulièrement inquiet », tandis que l’Union européenne a demandé « à toutes les parties d’agir avec la plus grande retenue afin d’éviter des pertes de vies humaines supplémentaires ». Dans une déclaration très proche, la première ministre britannique, Theresa May, a appelé « au calme et à la retenue pour éviter des actions destructrices pour les efforts de paix ».Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a dit craindre que l’initiative américaine n’attise les tensions dans la région. Le Koweït a, de son côté, demandé une réunion en urgence mardi du Conseil de sécurité de l’ONU. La Ligue arabe avait plus tôt annoncé qu’elle tiendrait une réunion d’urgence, mercredi, pour discuter du transfert de l’ambassade américaine pour discuter « des moyens de faire face à la décision illégale des Etats-Unis ».Washington dénonce la responsabilité du Hamas« Nous avons été tenus informés des violences qui se sont produites aujourd’hui à Gaza, a, pour sa part, réagi un porte-parole de la Maison Blanche. La responsabilité de ces morts tragiques repose entièrement sur le Hamas. » « Le Hamas provoque intentionnellement et cyniquement cette réponse israélienne », a développé Raj Shah lors de son point de presse à Washington.
Lire :

Malgré le bain de sang, Washington soutient Israël sans réserve

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a justifié l’usage de la force par le droit de son pays à défendre ses frontières contre les agissements « terroristes » du mouvement islamiste Hamas, qui gouverne la bande de Gaza et auquel Israël a livré trois guerres depuis 2008.

  • Commentaires fermés sur L’Afrique du Sud et la Turquie rappellent leurs ambassadeurs en Israël
  • 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

Leave a Reply

Comments are closed on this post.