25-05-2018 13:02:39

Le sport intensif, facteur de risque de la maladie de Charcot ?

mar 15 Mai 2018

  • Commentaires fermés sur Le sport intensif, facteur de risque de la maladie de Charcot ?

La sclérose latérale amyotrophique serait plus fréquente chez les grands sportifs. Une énigme qui pourrait s’expliquer par une particularité des neurones moteurs, très vulnérables au stress énergétique lié à l’effort.
Dix mille pas et plus. Ne nous savonnons pas la planche, la présente chronique ne remet pas en cause les bénéfices multiples de l’activité physique pour la santé. Mais le meilleur des médicaments a, comme tous les autres, de potentiels effets indésirables dont il faut bien discuter. En l’espèce, un sujet taraude les scientifiques depuis des décennies : le sport, et en particulier sa pratique intensive, est-il un facteur de risque de sclérose latérale amyotrophique (SLA) ? La question est d’autant plus délicate que cette affection dégénérative des motoneurones, aussi appelée maladie de Charcot, est rare – elle touche de cinq à huit personnes pour 100 000 –, mais grave. Elle se traduit par une paralysie progressive du corps avec fonte musculaire, conduisant à une grande dépendance.L’hypothèse d’un lien entre sport et SLA a d’abord été soulevée en raison de cas chez des champions de plusieurs disciplines sportives. Le premier, et l’un de ceux qui ont le plus marqué les esprits, est celui du joueur de base-ball américain Lou Gehrig, décédé des suites d’une SLA en 1941, à 37 ans. Il a d’ailleurs laissé son nom à cette affection, baptisée maladie de Lou Gehrig en Amérique du Nord. Depuis, d’autres exemples ont été médiatisés, et plusieurs études ont été conduites. En scrutant une cohorte de plus de 7 300 footballeurs professionnels, en activité entre 1970 et 2000 en Italie, des chercheurs de l’université de Pavie ont retrouvé un taux de SLA 6,5 fois plus élevé que dans la population générale. Le risque de SLA augmentait avec la durée de la carrière professionnelle, soulignait l’article (Brain, 2005). Cette étude a cependant été critiquée, et d’autres recherches n’ont pas confirmé cet excès de risque.
Qualité de la méthodologie
L’étude d’un consortium européen, parue le 23 avril dans le Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry apporte de nouveaux éléments au débat. Elle a porté sur 1 557 patients avec SLA, comparés…

  • Commentaires fermés sur Le sport intensif, facteur de risque de la maladie de Charcot ?
  • 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
    Loading...

Leave a Reply

Comments are closed on this post.